LES BOMBARDIERS DU CONFLIT

LES BOMBARDIERS ANGLAIS DE LA RAF

RAF_roundel .jpg
Avro Lancaster
avro lancaster.jpg
Entré en service en 1942, il a été construit à plus de 7 000 exemplaires et fut, avec le Handley Page Halifax, le principal bombardier de la Royal Air Force durant cette période.
Handley Page Halifax
halifax-z.jpg
De qualité inférieure au bombardier principalement utilisé par la RAF : le Lancaster, le Halifax se vit souvent utilisé dans des rôles autres que le bombardement : reconnaissance maritime, traction de planeurs, transport de troupes aéroportées ou de matériels.
Vickers Wellington
wellington-1.jpg
Le Wellington a été appelé populairement "Wimpy" par le personnel de service d'après le personnage J.Wellington Wimpy du dessin animé de Popeye.
Le Wellington emploie une structure géodésique unique conçue par le célèbre Barnes Wallis pour le bombardier monomoteur Vickers Wellesley.
Bristol Buckingham
Un lot de 119 avions est construit, en ce, en vue d’une utilisation comme appareil de transport. Les 54 premiers exemplaires construits comme bombardier, sont suivi d’appareils convertis en avions de transport par l’enlèvement de tout l’armement et l’installation de 4 sièges.

LES BOMBARDIERS AMERICAINS

Consolidated B24 Liberator
b24-1.jpg
Le Consolidated B24 Liberator est un bombardier lourd américain. Il fut construit à 18 188 exemplaires soit plus qu'aucun autre appareil américain au cours de la Seconde Guerre mondiale.
Boeing B17 Flying Fortress
b17-1.jpg
Le Boeing B17 Flying Fortress est certainement le bombardier américain le plus connu de la seconde guerre mondiale, c'est en tout cas celui qui a largué le plus de bombes au cours de ce conflit. Son impressionnant système de défense lui valut le surnom de Forteresse Volante.
Martin B26 Marauder
b26-1.jpg
Leur capacité de bombardement à basse altitude fut aussi l'une des raisons du peu de pertes de troupes américaines à Utah Beach lors du débarquement de Normandie.
North American B25 Mitchell 
b25.jpg
Le B25 Mitchell est un bombardier moyen dont les performances de vol étaient appréciées par l'USAF. En effet cet appareil était doté d'une grande maniabilité et d'une vitesse satisfaisante pour les missions qui lui étaient assignées.
Douglas A26 Invader
a26-1.jpg
L'A26 a été utilisé sur tous les théâtres d'opération de la Seconde Guerre mondiale par l'USAF, aussi bien dans le Pacifique qu'en Europe.
De par ses caractéristiques, l'A26 est l'appareil par excellence des forces tactiques.

LES BOMBARDIERS ALLEMANDS

roundel lufwaffe.jpg
Dornier Do17
dornier17-1.jpg
C’était donc un appareil de conception fort classique pour l’époque si ce n’est qu’il se distinguait par un fuselage d’une grande finesse qui lui valut le surnom de  « crayon volant ».
Si les bombardiers de début de série et les appareils de transport de courrier disposaient d’un nez classique, les variantes développées à l’aube de la Seconde Guerre mondiale et pendant celle-ci pour la Luftwaffe se caractérisaient par un nez raccourci et vitré suivant le même concept qui avait amené au nez du Ju 88, facilitant la vision du pilote et du bombardier vers le sol.
Heinkel He177
heinkel177-1.jpg
Bombardier stratégique très longtemps attendu par la Luftwaffe, le He177 était un avion de grandes dimensions dont la propulsion était assurée par quatre moteurs montés deux par deux dans des nacelles de voilure. Cette solution avait l’avantage de donner à l’appareil la puissance d’un quadrimoteur avec l’aérodynamisme d’un bimoteur.
Junkers Ju88
ju88-1.jpg
Le Junkers Ju88 entra en service dans la Luftwaffe en 1939. Avion à voilure médiane de construction entièrement métallique, rapide, maniable et apprécié des équipages, le Ju88A fut employé à la fois pour le bombardement en piqué, le bombardement horizontal et le torpillage. Il fut utilisé de manière intensive dans les opérations menées par l’Allemagne au-dessus de la France, de la Belgique, de l’Angleterre, des Balkans, de la Méditerranée et de l’Union Soviétique.
Junkers Ju87 Stuka
ju87-1.jpg
Ce bombardier léger était facilement reconnaissable grâce à ses ailes incurvées en W et son gros train d’atterrissage principal fixe. Certains étaient également dotés d’une sirène mécanique fixée sur les trains d’atterrissage, appelée « trompette de Jéricho », destinée à produire un son strident grâce au souffle du vent. Ce son aigu, rapidement associé au bombardement en piqué, avait pour objectif de terroriser les populations et démoraliser les militaires à son approche

 

© 2011 Tous droits réservés.

Optimisé par le service Webnode