Un sacré pilote de l' USAF

28/01/2014 16:45

Le pilote de chasse Robin Olds

Il se révéla être un pilote agressif et maîtrisait à la perfection le maniement de son arme : son avion de combat. Et il devint un as, le jour de sa première rencontre avec la Luftwaffe...
Ce jour-là, il faisait partie d'une patrouille isolée de deux P-38 Lightning, au-dessus de la ville de Rostock. Les deux hommes ne tardèrent pas à apercevoir une formation de pas moins de trente BF-109. A peine intimidé et encore hors de vue des avions allemands - ils se trouvaient dans les six heures haut de ces derniers -, Olds décida de les attaquer. Il commanda le largage des réservoirs largables et piqua doucement sur le BF-109 de tête. Alors qu'il s'approchait de sa cible, Olds vit les hélices se ralentir pour s'arrêter complètement. Il avait oublié de passer sur l'alimention structurelle ! Un oubli de pilote-stagiaire !
Calmement, Olds pressa quand même la détente et abattit le BF-109, en mode planeur... avant de redémarrer ses deux moteurs. Il parvint à semer le chaos dans toute la formation allemande, car les BF-109 commençaient à s'éparpiller dans tous les sens, persuadés d'avoir des avions américains dans leurs queues...
Pendant que l'ailier était à la poursuite de deux BF-109, Olds parvint à abattre un deuxième BF-109 qui s'était trouvé dans sa ligne de tir. Ensuite, les deux hommes s'adjugèrent de deux BF-109 supplémentaires.
Attiré par un mouvement dans ses neuf heures bas, Olds repéra un P-51 Mustang pris en chasse par deux BF-109. Il bascula aussitôt sur l'aile gauche, et piqua sur les BF-109. Mais son angle de descente fut trop élevé, et il passa en trombe devant les deux BF-109 tel un train de marchandises. Le Lightning atteignit pratiquement la vitesse du son, et la compressibilité engendrée par l'onde de choc rendirent ses gouvernes inopérantes. Olds hurla dans son cockpit tout en tirant le manche à lui de toutes ses forces, mais l'avion continuait à piquer. Bientôt, la verrière fut arrachée à cause de la vitesse de l'avion.
Ce jour-là, Olds battit deux records mondiaux jamais renouvelés : abattre un ennemi en mode planeur, et voler presque à la vitesse du son le cockpit ouvert... Il n'y avait pas meilleure manière pour se forger une réputation.
Finalement, l'air redevenant plus dense à basse altitude, Olds parvint à reprendre le contrôle de son Lightining, et à se redresser au-dessus des champs de blé de la banlieue de Rostock.
Se disant qu'il en avait assez accompli comme exploits pour la journée, Olds décida de reprendre le chemin de sa base. Ce fut alors que des traçantes passèrent au-dessus de sa tête...
Olds se retourna et vit un BF-109 en train de descendre vers ses sept heures. Il savait que s'il reprenait de l'altitude, l'Allemand n'aurait aucun mal pour l'aligner puis le descendre. Alors, Olds décida de donner un violent coup de frein pour "laisser passer" son assaillant. Il resta en palier, bascula sur son aile gauche et vira sur la gauche aussi serré qu'il le pouvait. Le Lightning pivota de 90° pratiquement sur place et l'Allemand overshoota. Une fois l'Américain dépassé, le BF-109 bascula de l'autre côté et tenta de s'enfuir en reprenant de l'altitude. Justement la manoeuvre qu'Olds avait évitée pour ne pas se faire abattre. Ce dernier rétablit le Lightning, bascula vers le BF-109... et l'abattit d'une courte rafale. Cinquième victoire en une seule sortie.
Olds totaliserait finalement douze victoires durant la Seconde Guerre, et il eut l'occasion de piloter aussi bien le P-38 Lightning que le P-51 Mustang, l'avion préféré des pilotes de chasse américains.
 
Video de ses exploits sur P-38 Lightning: (anglais)
 

Son passage au Vitenam

Lors de la Guerre du Vietnam, alors arrivé au grade de colonel, Olds évoluait sur F-4 Phantom II et élabora un plan pour piéger les nouveaux Mig-21 Fishbed nord-vietnamiens. Lourds et patauds, les F-105 Thunderchief se faisaient trop souvent abattre par ces Mig, lorsqu'ils menaient des raids au Nord-Viet Nam, et il était grand temps que cela cesse... Ces Mig étaient devenus une menace, et l'état-major US devait l'enrayer au plus vite, car le taux de pertes des "Thud" avait atteint le seuil critique.
Olds décida de prendre ces Mig-21 à leur propre jeu. Il fit installer des nacelles de brouillage QFC-160 propres au F-105 Thunderchief sur les Phantom II de son escadrille, puis de faire décoller tous ses Phantom II exactement dans les couloirs aériens qu'empruntaient les F-105, et pour parfaire l'illusion, les Phantom II utiliseraient uniquement les fréquences des F-105.
L'opération, baptisée "Bolo", fut lancée dans la matinée du 02 janvier 1967. Les Phantom II décollaient par équipes de quatre - avec une intervalle de quinze minutes - et portaient des nom de code de fabriquants de voitures américaines : Oldsmobile, Ford, Rambler, Lincoln etc...
Olds, en toute logique, était dans la formation "Olds", donc en tête. A peine dix minutes après avoir franchi la frontière, le contrôle au sol informa la formation "Olds" du décollage d'au moins d'une dizaine de Mig qui convergeaient vers elle. Puis Olds aperçut bientôt une première paire de Fishbed traverser la couche nuageuse. Alors, ce fut la panique, les Nord-Vietnamiens se rendirent compte du subterfuge et ordonnèrent aux Mig de rompre le contact. C'était trop tard...
Olds 3 parvint à descendre un Fishbed d'un tir de Sparrow, tandis qu'Olds effectua un tonneau pour venir se placer derrière les deux Fishbed qu'il venait d'apercevoir. Les deux Fishbed se séparèrent. L'un regagnant la couche nuageuse tandis que l'autre poursuivit tout droit devant lui. Olds parvint à se verrouiller sur le deuxième et lança coup sur coup deux missiles Sparrow. Le Mig vira sèchement et sema les deux missiles. Olds lança à nouveau un missiles Sidewinder à infrarouge. Mais encore une fois, le Mig parvint à le semer. Puis le Mig tenta de rejoindre les nuages, Olds se lança aussitôt à sa poursuite. Et, au moment où le Fishbed allait atteindre les nuages, un autre Fishbed surgit et vint vers Olds dans le sens inverse.
Olds abandonna immédiatement sa poursuite pour se tourner vers cette nouvelle cible. Il fit un renversement suivi d'un tonneau par la gauche, de façon à toujours garder le contact visuel. Puis Olds redescendit juste derrière le Mig, légèrement dans ses cinq heures bas. Le Fishbed volait toujours en ligne droite. Visiblement, il n'avait toujours pas repéré la présence du Phantom américain.
Olds sélectionna un Sidewinder et fit feu. Le missile fila cette fois droit dans la tuyère du Mig et le désintégra.
La formation "Olds" ne resta que quinze minutes avant de désengager, avec trois Mig inscrits au tableau de chasse. Puis arriva la formation "Ford", qui s'adjugea un Mig supplémentaire. Quinze minutes après le passage de "Ford" arriva "Rambler" qui inscrivit également trois autres Mig au tableau de chasse.
L'aviation de chasse nord-vietnamienne, qui ne devait pas avoir plus de douze Mig-21 Fishbed à cette époque, en perdit plus de la moitié en une seule journée. L'opération "Bolo" fut un succès retentissant, d'autant plus que les Phantom II n'avaient enregistré aucune perte...
Il prit sa retraite bien méritée le 01 juin 1973, en pleine Guerre du Vietnam, et reste jusqu'à ce jour l'un des plus grands pilotes de chasse que l'Armée de l'air américaine n'ait jamais eu...
 
video des ses combats en Europe et au Vietnam ( français )
 

© 2011 Tous droits réservés.

Optimisé par le service Webnode