L'utilisation des pigeons Photographe

07/12/2015 19:08
 
Le pigeon photographe est une méthode de photographie aérienne inventée par l'apothicaire allemand Julius Neubronner. Un pigeon voyageur est équipé d'un harnais qui transfère le poids d'une petite caméra de la poitrine au dos. Quand le pigeon est libéré, il retourne au colombier sur un trajet et à une vitesse relativement prévisibles. Cela permet de contrôler à peu près les endroits où le déclencheur automatique prendra des photos aériennes.
Il semble que dans les années 1930, le militaire allemand dressa des pigeons photographes à Munich, avec des appareils photographiques capables de réaliser 200 prises par vol. L'inventeur de la méthode, qui décéda en 1932, n'y prit plus part à cette époque. Mais les Allemands n'étaient plus les seuls à convoiter cette technique. L'armée française déclara qu'elle possédait des caméras cinématographiques adaptées pour les pigeons, et qu'elle aurait développé une méthode pour faire décoller des pigeons par des chiens dressés, derrière les lignes ennemies.
Exemple de photos réalisés grâce à des pigeons, notez les ailes qui apparaissent dans la photo en haut à gauche.
Bien que les pigeons voyageurs et les colombiers mobiles furent utilisés abondamment comme messagers dans la Seconde Guerre mondiale, on ignore dans quelle mesure les pigeons étaient vraiment employés pour la reconnaissance aérienne. Selon des rumeurs qui couraient parmi les Alliés, les Allemands et les Japonais auraient employé l'invention de Neubronner, et selon un reportage de 1943 les éclaireurs américains auraient eu conscience de cette possibilité mais ne l'avaient pas adoptée officiellement.
C'est clairement pendant la Seconde Guerre mondiale que des pigeons photographes furent retrouvés sous forme de modélisme militaire, dans des chambres d'enfants allemands. À cette époque, bien des figures populaires de la marque Elastolin démontraient des motifs de l'époque d'avant 1918 avec des uniformes actualisés, et, à partir d'environ 1935, les catalogues présentaient un éclaireur avec chien transportant des pigeons et un pigeon volant avec un appareil photographique.
Exemplaire de l’appareil photo miniature avec son harnais
Grâce aux recherches du Musée suisse de l'appareil photographique à Vevey, on sait que l'horloger suisse Christian Adrian Michel (1912–1980) développait à la même époque des appareils photographiques pour pigeons à Walde en Argovie. Il adapta l'appareil photographique « double sport » de Neubronner au format 16 mm et en l'améliorant avec un mécanisme qui contrôlait le temps écoulé avant la première photographie et le temps entre les prises, et qui transportait le film. Cet appareil photographique restait sous la limite de poids de 75 g. L'appareil photographique de Michel était breveté en 1937, mais son projet de l'offrir à l'Armée suisse n'aboutit pas car il ne trouvait pas d'entreprise pour sa production en série. Au total il n'y eut pas plus de 100 appareils photographiques de ce type. Après le début de la Seconde Guerre mondiale, Michel fit breveter une douille pour le transport de petits objets comme des rouleaux de film par pigeon voyageur. Dans sa remise, cédée par ses héritiers au musée de Vevey, se trouvait une photo d'un chien avec cinq petit paniers pour le transport de pigeons.
Le Musée suisse de l'appareil photographique possède environ 1 000 clichés d'essais qui furent prises pendant l'élaboration de la caméra de Michel. En 2007, le catalogue de l'exposition « Des pigeons photographes ? » les divisait en :

© 2011 Tous droits réservés.

Optimisé par le service Webnode