Les sections du S.O.E

11/01/2014 11:12
Special Operations Executive (SOE): Le Special Operations Executive (SOE), quelque fois organisation 
surnommée « Les Irréguliers de Baker Street” d’après les histoires d’espionnage de Sherlock Holmes avait été créé 
en Juillet 1940 à l’initiative de Winston Churchill et d’Hugh Dalton, pour répondre à certains besoins de la deuxième 
guerre mondiale de mener une guerre subversive autre que l’engagement militaire. 
 
Cette organisation a été formée des 3 départements déjà existants:
-Section D, une sous-section du Secret Intelligence Service (SIS, connu sous le nom de MI6) dirigé par le 
Major Lawrence Grand, 
- Un département du War Office (Ministère de la Guerre) connu comme MI R dirigé par le Major J. C. 
Holland, 
- Le Département appelé EH, nom tiré des initiales du nom de son siège social Electra House, en charge 
de la propagande, dirigé par Sir Campbell Stuart. 
 
Le SOE a employé jusqu’à 13 000 personnes. Il a été estimé que pendant la deuxième guerre mondiale le SOE a 
utilisé environ un million d’agents. 
Les activités du SOE en France ont été supervisées par six sections basées à Londres : 
-Section AMF qui était à Alger à partir de la fin 1942 et responsable des opérations sur le sud de la 
France 
- Section DF responsable des réseaux d’évasion 
- EU/P en relation avec la communauté polonaise en France 
- Section F sous contrôle britannique (Colonel Maurice Buckmaster) qui a géré 95 réseaux “Buck”. 
-Section RF sous contrôle directe du Gouvernement des Français Libres du Général de Gaulle. La 
plupart des agents étaient français. 
- Les équipes Jedburgh. 
Le SOE avait pour but de coordonner, inspirer, contrôler et assister les ressortissants des pays opprimés qui doivent 
s’impliquer en tant que participants directs. 
De 1941 à 1945, le SOE a organisé de l’ordre de 3 733 parachutages et 81 opérations de dépose (Lysander, Hudson 
ou Dakota C47) en France: 
- Environ 470 agents du SOE, dont 39 femmes, ont été infiltrés en France. En ce qui concerne la Section F, 
104 agents ont été tués au combat ou exécutés (dont 13 femmes), 30 se sont échappés et 12 ont été 
relâchés de prisons ou de camps de concentration. Les agents du SOE ont été étroitement associés à l'effort 
militaire et ont joué un rôle très important dans la victoire complète et finale des Alliés. 
- 5 007 000 kg d’équipement comprenant 104 536 mitraillettes, 409 224 grenades et 307 023 kg d’explosifs 
ont été parachutés. 
La Section F du SOE F a été dissoute le 15 janvier 1946, et beaucoup d’agents se sont dirigés vers le MI6. 
Le Mémorial de la Section F du SOE fut inauguré le 6 juin 1991 à Valençay (Indre), jour du cinquantième 
anniversaire de l'envoi en France du premier agent de la Section F, par Monsieur André Méric, Secrétaire d'Etat aux 
Anciens Combattants, en présence de la Reine-Mère, Sa Majesté La Reine Elizabeth. Le monument de Valençay est 
élevé à la mémoire des 91 hommes et 13 femmes, dont il porte les noms, tous agents de la section F du S.O E., qui 
moururent, la plupart en camp de concentration, pour avoir travaillé avec la Résistance française. 
Le nom de couverture du SOE a été le « Inter-Services Research Bureau » (ISRB). 
 
Au moment où la section F envoie un agent en France, elle le munit de deux noms : un "nom de guerre" (field name), qui est généralement un prénom français, « P » ; et un nom de code opérationnel, qui est soit un nom de végétal, plante ou arbre (exemple PRUNUS), soit plus fréquemment un nom de métier en anglais, M (exemple ACTOR).
Lorsque l'agent est chef de réseau ("organizer"), la section utilise pour désigner le réseau les noms attribués à son chef. Exemple : Prosper et PHYSICIAN désignent à la fois Francis Suttill et le réseau dont il est le chef.
L'habitude a été prise de désigner certains réseaux par P ou par des assemblages comme M-P ou P-M, dans lesquels « P » désigne le nom de guerre du chef de réseau, en ajoutant assez souvent la mention BUCKMASTER, du nom du chef de la section F à Londres. Exemples : MASON-Porthos ; Sylvestre-FARMER ; Oscar-PARSON (BUCKMASTER). Pour éviter les confusions, ci-après les noms de code des réseaux sont systématiquement écrits en majuscules et en gras, et sont précédés du prénom P - sous lequel ils sont souvent mieux connus en France, selon la formule P - M.

 

© 2011 Tous droits réservés.

Optimisé par le service Webnode