Le lieutenant John Gorman, le tueur de char Tigre

23/02/2014 18:32
Lors de l' opération GOODWOOD, le lieutenant  John  Gorman des Irish Guards suit la ligne des pylônes avec son Sherman passant au nord de Cagny, accompagné par un autre bilndé. il tombe alors sur une petite route reliant Cagny à Emiéville. Il s'y engage et aperçoit bientôt dans le lointain quatre blindés allemands stationnés sous les pommiers. Ce sont deux Tigres (I et II) plus deux Panzers IV. Gorman hurle dans son micro; "Canonnier objectif à deux cent mètres!" , les blindés ennemis sont tournés dans la direction opposés et les équipages se précipitent dans leurs chars en voyant les Sherman irlandais. 
Aucun obus ne peut être tiré: "Canon enrayé Sir !" s'écrie alors le garde Schole. Le Tigre II commence à faire pivoter lentement sa tourelle en direction du M4 de Gorman, ce dernier  sait que c'est un combat perdu d'avance, ils ne peuvent pas soutenir le feu avec leur canons de 75mm, face à un Tigre plus puissament armé. C'est le premier rencontré par les Gardes Irlandais en  ce 18 juillet. Gorman n'hésite pas plus d'une fraction  de seconde et hurle : << Pilote droit dessus à l'abordage ! >>.
 
Le Sherman plein gaz traverse une haie, dévale un champ et passe sous le tube de 88mm et finit sa course folle dans le barbotint arrière  du blindé allemand. L'équipage irlandais  surgit hors du Sherman armes et grenades au poing, et capturent les Allemands médusés. Mais l'autre Tigre prend alors pour cible le deuxième M4 du sergent Harbinson. L'obus touche le Sherman de plein fouet qui stoppe et commence à fumer. Le pilote et le chargeur bien que souffrant de brûlures réussissent à extirper leur chef au-dehors. 
La photo prise après les combats du char Tigre Royal et du Sherman du lieutenant Gorman
 
Pendant ce moment le lieutenant  Gorman et ses hommes détalent au plus vite vers la haie et la route. Gorman ordonne à ses hommes de se dissimuler et d'attendre qu'il revienne avec un Firefly plus à même de résister au 88mm de l'autre Tigre. Arrivant à pied à Cagny l'officier irlandais découvre un Firefly dont le chef à été décapité par un obus antichar qui a traverser le véhicule sans autre dommage. L'équipage de tourelle est sous le choc, éclaboussé par le sang du sergent qui à aussi maculé l'intérieur blanc de l'habitacle, et s'est répandu sur le viseur optique.
Sherman Fierfly
 
A l'aide de se nouveau  Sherman, le lieutenant Gorman, revient près du lieu de l'abordage. Il prend en chasse le Tigre I, mais les cinq premiers obus qu'il tire n'arrivent pas à faire mouche, à cause du sang sur le  viseur. Gardant son calme, il se ressaisit, les sixièmes et septième coups du canon de 17 livres frappent la tourelle du Tigre qui s'immobilise. Il tourne alors sa tourelle vers son ancien blindé  qu'il incendie avec un obus perforant, les flammes se propagent très vite au Tigre II abordé. Alimentée par l'essence et les munitions, la fournaise calcine les deux chars. Les deux Panzer IV battent en retraite, préférant la fuite plutôt que d'affronter le redoutable canon du Firefly. Gorman est prit pour cible par un tir de mortier, il est légèrement blessé, et passe prendre les  membres de son équipage bléssés eux aussi par les éclats de shrapnels des obus de mortiers  qui encadrent leur position. Le lieutenant poursuit jusqu'à une antenne médicale où il laisse ses hommes blessés. Son action courageuse au cours de ce 18 juillet, lui vaudra la Military-Cross largement méritée. 
Epaves du Tigre et du Sherman

© 2011 Tous droits réservés.

Optimisé par le service Webnode