Le dynamitage du pont-canal de Briare

09/12/2015 11:41
En juin 1940, l'avancée allemande est inexorable et l'armée française est en débâcle. La seule chose qui pouvait encore se faire, était de retarder l'avance ennemie en détruisant les voies de communication. Dans cette stratégie, le Génie français va se donner pour tâche de faire sauter tous les ponts de la Loire et c'est au tour du pont-canal de Briare le 17 juin 1940. Il était 6h30 quand une explosion a réveillé les villes de Briare et de St Firmin cassant de nombreuses vitres. Le pont-canal qu'on appelle ici "la cuvette" venait de perdre une partie de sa bâche dans l'eau de la Loire et à 16 h ce même jour, la Wehrmacht entrait dans Briare. Le pont avait perdu ses 2ème et 3ème travées dans le lit du fleuve côté Briare. 
La première travée ne fut pas touchée, ce qui permit de conserver intacte la culée en maçonnerie avec son joint caoutchouc d'étanchéité en forme de U. Par contre, entre les 3ème et 4ème piles, un seul côté de la cuvette métallique plongeait dans le fleuve, l'autre tenait toujours appuyé sur une pile.

La reconstruction du pont-canal

Très rapidement après leur installation en France, les troupes d'occupation firent restaurer cet ouvrage dont la Wehrmacht avait le plus grand besoin. Le pont-canal fut donc réparé par la société Daydé et Pillé qui l'avait construit entre 1890 et 1896 mais qui était devenue entre temps Daydé. Les travaux terminés, M. Berthelot, Ministre des Communications vint sur les lieux le 31 juillet 1941, pour l'inauguration. On installa un ruban sur les chimères à l'entrée du pont-canal, et le "France", premier bateau à avoir demandé le passage s'y engagea. 
Tous les officiels présents embarquèrent à bord pour couper le ruban tricolore. Ce fut d'ailleurs la seule fois où le pont-canal fut inauguré. En 1896, les expropriations, caves inondées et autres avatars liés à la construction avaient rendu l'ouvrage tellement impopulaire dans la population locale que personne ne s'était risqué à organiser une inauguration. 
Si le deuxième bateau qui a emprunté le pont s'appelait le "Verdun", c'est par un pur hasard. Mais gageons qu'à cette époque d'occupation, ce nom d'une grande victoire française sur les troupes du Kaiser lors de la guerre, devait avoir une valeur hautement symbolique. La navigation sur le pont-canal venait de recommencer mais pour peu de temps. En juin 1943, soit deux ans après sa remise en service, il fut bombardé, mais les dégâts seront beaucoup moins importants que lors du sabotage.

© 2011 Tous droits réservés.

Optimisé par le service Webnode