L' opération"Ramrod 564" Jéricho

12/04/2014 16:50

Opération "RAMROD 564" ou JERICHO

Nom donné à un raid aérien effectué le 18 février 1944 par la RAF qui bombarda la prison d'Amiens afin de libérer des agents secrets alliés et des résistants français. Cette opération fit 98 morts.
L'attaque fut menée par 18 Mosquito FB Mk VI du Wing 140 de la RAF, couvert par 4 Hawker Typhoons du Squadron 198 conduits par le pilote belge R. Lallemand, sobriquet « Cheval ». Le Wing 140 du 2nd Tactical Air Force, basé à Hunsdon, Hertfordshire, fut choisi pour mener à bien ce raid en engageant ses Mosquito FB Mk VIs. Le Wing engageât 18 Mosquitos des 464 Squadron (RAAF), 487 Squadron (RNZAF) et 21 Squadron( RAF) plus une machine de la 1 Photografic Reconaissance Unit. Cette formation était menée par le Group Captain Percy Charles Pickard, qui n’avait aucune expérience du bombardement à basse altitude et il dut suivre 10 heures de vols de formation à la Conversion Unit de Hatfield.
La précision de l'attaque fut remarquable : sur les 40 bombes lancées, 23 tombèrent da ns l'enceinte de la prison, tandis que 13
autres ne ratèrent l'objectif que de peu. 17 sont tombées à l’extérieur dont une qui n’a pas explosé. Le bilan définitif des victimes sera impossible à préciser avec certitude on pense qu’il y eut une centaine de victimes (dont 5 ou 6 militaires allemands) et autant de blessés sur les 700 détenus.En dehors de la prison, on compte 46 maisons endommagées dont 3 détruites, essentiellement route d’Albert ainsi qu’une aile de l’hospice Saint Victor. 258 prisonniers s'échappèrent dont 79 résistants et prisonniers politiques. Quatre autres bombes commirent des dégâts à une distance de 250 à 700 mètres de la prison. Un Mosquito Mk IV de la 1 PRU (Photografic Reconnaissance Unit) filma la prison pendant le raid :
VOIR VIDEO: youtu.be/VOAPx_VPi-A
 
La Luftwaffe réagit avec les Focke-Wulf Fw 190 A7 du 7./JG 26 basé à Grevillers qui abattirent à Saint-Gratien (à 12 km au nord d'Amiens) le Mosquito du commandant de l'attaque (Wing Commander Pickard - Fl Lt Broadley abattus par le Fw Mayer) et un Typhoon de l'escorte.
Un second Typhoon fut porté disparu, sans qu'il soit possible de préciser si c'est par l'action de l'ennemi ou à cause des conditions climatiques extrêmes régnant ce jour sur la Manche.
 

Manipulation et désinformation

Il faut savoir que jamais pendant la guerre cette opération ne se nomma « Opération Jéricho ». Cette opération aérienne s'étant
effectuée sous la dénomination classique "Ramrod 564" même s'il elle fut nommée par l'observateur qui prit le film pendant le bombardement "Operation Renovate"... en tout cas jamais Jéricho.
 
Ce nom de Jericho n'est apparu qu'en 1946 avec le film d'Henri Calef qui sous l'impulsion et le contrôle des autorités britanniques, participait à cacher aux Français la véritable raison de ce raid qui fit une centaine de victimes civiles.
Jamais ce bombardement de la prison ne fut destiné à faire évader des résistants ni même un soi-disant officier des services
spé¬ciaux britanniques censé connaître un secret vital au sujet du débarquement. En effet, il n'y avait en fait personne d'important à libérer dans cette prison. Par contre il suffisait aux Britanniques d'arriver à le faire croire et cela en faisant des brèches dans les murs.
Ce fut une réussite totale au niveau de l'objectif espéré (si l'on ne prend, bien sûr, pas en compte la centaine de victimes.)

 

© 2011 Tous droits réservés.

Optimisé par le service Webnode