L' attaque du Mont Mouchet

07/07/2014 17:18
Le 1er juin, la BBC transmet le message personnel suivant: "le coup d'envoi est à 15 heures". C'est le signai d'alerte.
Les deux mille sept cents hommes sont répartis en quinze compagnies, elles-mêmes échelonnées sur un front circulaire de vingt kilomètres.
Elles étaient, à part un manque évident d'armement lourd (mortiers), bien armées grâce aux récupérations d'armes mais surtout aux parachutages antérieurs de la "SAP" et des missions "Benjoin" et "Freelance". Six compagnies étaient même dotées de mitrailleuses Hotchkiss ou Browning et de bazookas.
Maquisards du Mont Mouchet
 

2 juin 1944: première attaque de la Wehrmacht par le Sud du réduit du Mont Mouchet avec mission d'en déterminer l'importance et les limites. Elle se heurte à une très forte résistance et est contrainte à se retirer.

3 juin: l'ordre est donné par le général commandant le groupe d'armée Sud au général Von Brodowski commandant l'état-major principal de liaison 588 de Clermont-Ferrand de rétablir au plus tôt l'autorité des troupes d'occupation dans le département du Cantal et de détruire par tous les moyens les bandes existantes.
10 juin: l'attaque est menée par trois groupements tactiques (2200 h), convergeant vers le PC du Mont-Mouchet, le groupement "Abel" sur l'axe Brioude-Langeac-Pinols, le groupement "Coelle" sur l'axe Le Puy - Monistrol d'Allier - Saugues, le groupement "ENSS" sur l'axe Saint-Flour - Clavières - Paulhac en Margeride. Devant la forte résistance des FFI, l'ordre est donné à 19 h 30 aux unités de la Wehrmacht de se replier avant la nuit sur leur base de départ.
11 juin 1944: les mêmes groupes tactiques mais renforcés par des éléments du 1000e régiment motorisé de sécurité et deux compagnies du 19e régiment de police SS (800 h) convergent vers le PC du Mont-Mouchet sur les mêmes axes.
Le décrochage prévu ne peut s'effectuer sous la violence de l'attaque de la Wehrmacht. Aussi Gaspard donne-t-il l'ordre aux compagnies de tenir jusqu'à la nuit puis d'effectuer leur repli vers le réduit de la Truyère.
Les combats sont acharnés à Saugues, Pinols, Clavières. L'artillerie allemande écrase les positions des compagnies ainsi que le PC du Mont Mouchet évacué et vidé de tout matériel.
A la nuit, toutes les compagnies ont réussi à s'échapper. Le bilan de ces deux journées est lourd. Nos pertes s'élèvent à 160 morts et 80 blessés. Celles de la Wehrmacht à une centaine de morts et une soixante de blessés.

A partir du 12 juin, l'effectif du réduit se trouve brutalement renforcé par les compagnies du Mont-Mouchet, échappées pendant la nuit et qui s'installent sur le territoire des communes de Fridefont, de Maurines, d'Anterrieux, de Saint¬-Martial, des Deux Verges et de Chaudes-Aigues.

Le 18 juin, l'effectif du réduit est de quatre mille hommes. L'attaque allemande reprend le 20 juin avec une violence accrue combinant l'action convergente de quatre groupements tactiques et un appui aérien.
Avant d'être occupés, les villages du réduit sont écrasés sous les bombes et les obus, principalement Anterrieux et Saint-Martial.
Mont Mouchet

© 2011 Tous droits réservés.

Optimisé par le service Webnode