Il subtilisa les plans du Mur de l'Atlantique

26/08/2014 18:46

René Duchez

Sous le pseudonyme de "François", il fait dès l'origine partie de l'état-major régional avec la responsabilité du 2e Bureau (renseignement), assisté dans cette tâche par son épouse. Grâce au travail des nombreux agents, il peut transmettre à Londres une multitude d'informations sur les défenses allemandes. Il participe également au sauvetage d'aviateurs alliés abattus au-dessus de la région au sein du réseau Marie-Odile. Doué d'un sang-froid et d'une audace peu commune, au point d'inquiéter parfois ses amis, Duchez brave tous les dangers et prend tous les risques. On lui prête ainsi le fameux vol des plans du Mur de l'Atlantique dans les bureaux de l'organisation Todt  en 1942. Une fois remis aux Alliés, l'étude de ces plans leur fit choisir les plages normandes comme lieu du débarquement.

Après l'arrestation d'Odette Duchez (sa femme )  par la Gestapo en novembre 1943. René Duchez se réfugie chez un charcutier à Bretteville-sur-Laize, puis au Tourneur, où il se trouve encore lors du Débarquement. Il regagne alors Caen et participe aux combats lors de la libération de la ville, au sein de la compagnie FFI Fred Scamaroni , avec le grade de capitaine.
 
Dans les semaines suivantes, René Duchez   prend part à la réorganisation des pouvoirs publics en tant que président du Comité de libération de Caen et de vice-président du Comité départemental de libération, dirigé par son ami Léonard Gille.
Il meurt prématurément en août 1948. Une rue lui rend hommage dans le quartier de la Folie-Couvrechef.
Au centre, Léon Dumis et René Duchez devant le général Koenig, le 9 juillet 1945 à Caen.
SOURCES: Collection Résistance et Mémoire
 
 

 

© 2011 Tous droits réservés.

Optimisé par le service Webnode