La libération de Cherbourg

 Elle commence dès le début du débarquement de Normandie le 6 juin 1944 pour s'achever le 1er juillet avec la prise du port de Cherbourg par les troupes américaines et la reddition des derniers défenseurs allemands. Cette prise s’avère capitale pour le ravitaillement des troupes alliées engagées sur le front de l'Ouest.

Gare maritime de Cherbourg aprés les bombardements

 

Le choix est arrêté sur Utah Beach, sur la côte sud-est du Cotentin. Cette plage présente l'avantage d'être une des moins fortifiées du secteur car jugées par les Allemands peu favorable à un débarquement. En effet, elle est adossée à des marais ou des zones inondées, reliées à l'arrière pays par quelques routes. Les Alliés décident donc de combiner une opération aéroportée pour prendre les sorties de plage suivie d'un débarquement sur la plage.
Aux petites heures du matin du 6 juin 1944, les 82e et 101e divisions aéroportées américaines atterrissent sur le Cotentin. Bien que les parachutistes soient passablement dispersés et subissent de lourdes pertes, ils parviennent à s’approprier et à conserver la plupart des routes nécessaires à la sortie des plages du VIIe Corps d’armée américain depuis Utah Beach. La 4e division d'infanterie américaine débarque sur Utah Beach peu après l’aube sans avoir, elle, à déplorer de lourdes pertes.
Dans les heures qui suivent ce débarquement, la priorité des troupes américaines débarquées à Utah Beach est d’effectuer une jonction avec le gros des forces alliées débarquées plus à l’est. Le 9 juin 1944, la 101e division aéroportée parvient à traverser la vallée inondée de la Douve ; le lendemain, elle prend Carentan et donne ainsi un front continu aux Alliés.
39 000 Allemands sont fait prisonnier à Cherbourg
 
La traversée du Cotentin
Ce succès permet au VIIe Corps de commencer à avancer vers l’ouest afin de couper la péninsule du Cotentin. Trois nouvelles divisions d’infanterie débarquent pour renforcer le Corps. Son commandant, le major-général Collins, se montre impitoyable envers ses troupes. S’il juge la progression trop lente, il remplace les troupes sur le front ou limoge des officiers.
Du côté allemand, les régiments sont hétéroclites et proviennent de diverses divisions dont la plupart ont subi de lourdes pertes au contact des troupes aéroportées américaines les premiers jours du débarquement. À peu près aucune troupe blindée ou mobile ne peut leur être envoyée en renfort, en raison de la menace sur Caen plus à l’est. Les renforts d’infanterie n'arrivent que très lentement et sont lancés dans la bataille au compte-goutte. L’inondation des vallées de la Douve et du Merderet par les Allemands joue maintenant en leur défaveur, car elle assure la protection du flanc sud des Américains.
Dès le 16 juin, aucun obstacle naturel ne freine l’avancée des troupes américaines. Le commandement allemand est en pleine confusion. Les commandants sur le front (dont le Feldmarshall Rommel) battent en retraite vers les fortifications du mur de l'Atlantique à Cherbourg, d’où ils auraient pu soutenir un long siège. Adolf Hitler, depuis son quartier général de Prusse orientale, ordonne aux troupes allemandes de tenir leurs positions à l’endroit exact où elles se trouvent, en dépit de l’immensité du risque.
Tard le 17 juin, Hitler consent au retrait des troupes, mais établit une nouvelle ligne de défense, illogique, s’étendant sur toute la péninsule, tout juste au sud de Cherbourg. Rommel s’oppose à cet ordre, mais relève néanmoins de ses fonctions le général Farmbacher, commandant du LXXXIV Corps d'armée allemand, qu’il soupçonne d'essayer de passer outre aux ordres du Führer.
 
L'avancée sur Cherbourg
Le 18 juin, la 9e division d'infanterie américaine atteint la côte ouest de la presqu’île, isolant ainsi les 709e et la 243e divisions d’infanterie allemandes au nord. En 24 heures, les 4e, 9e et 79e divisions d’infanterie américaines avancent vers le nord sur un large front, sans beaucoup d’opposition depuis l’ouest de la péninsule tandis qu’à l’est, aux environs de Montebourg, l’ennemi, épuisé par une dizaine de jours de combats, s’effondre. À Brix, plusieurs caches de V1 sont découvertes ainsi qu’une installation de V2.
En deux jours, Cherbourg est à la portée d’une attaque des divisions américaines. Le commandant de la garnison allemande, le lieutenant-général von Schlieben, dispose de 21 000 hommes. Cependant, la plupart de ses effectifs sont recrutés à la hâte dans les unités de la marine ou de travailleurs, ou encore proviennent des unités de combats fatiguées et désorganisées qui ont battu en retraite sur Cherbourg. Vivres, carburant et munitions manquent. La Luftwaffe essaie de faire le ravitaillement, mais largue surtout des articles comme des croix de fer pour remonter le moral des troupes. Toutefois, von Schlieben refuse de se rendre et l’amiral Hennecke entreprend de démolir le port pour qu’il ne puisse servir aux Alliés.

Véhicules américains stationnés sur le quai Alexandre III

 

Collins lance l’assaut le 22 juin. La résistance est vive, les combats se déroulent dans les rues et au large entre les cuirassés alliés et les canons allemands. Mais, lentement, les Américains chassent les Allemands de leurs bunkers et de leurs blockhaus. Le 26 juin, la 79e division prend le Fort du Roule, qui domine la ville et ses défenses, mettant ainsi fin à toute action organisée des troupes allemandes. Von Schlieben et Hennecke signent la reddition à 16h au château de Servigny. Les troupes qui défendent les fortifications du port et l’arsenal se rendent au bout de quelques jours, et certaines troupes allemandes à l’extérieur des fortifications résisteront jusqu’au 1er juillet.

Le général De Gaulle, à la mairie de Cherbourg 20 Aout 1944

 

© 2011 Tous droits réservés.

Optimisé par le service Webnode