LA PRISE DE CARENTAN

 

Des hommes de la Easy Company. Carentan

 

Le 506ème régiment d'infanterie Parachutiste de la 101st Airborne Division américaine entreprend une série de manoeuvres dans la nuit du 11 au 12 juin autour de Carentan et attaque le 12 au matin la ville par le côté Est, par une route qui forme un T avec celle qui prend la direction de Perriers (vers le sud) où les habitations abritaient des Allemands. La ville de Carentan devait être impérativement prise car c'est le carrefour principal reliant le Cotentin au Calvados et les chars Alliés devaient passer par la ville avant d'attaquer Cherbourg, un des grands objectifs de la bataille de Normandie à cause de son port en eau profonde qui peut Accueillir des bateaux de fort tonnage et permettant ainsi un déchargement du matériel plus rapide et plus important. Certaines des habitations de Carentan portent encore aujourd'hui les traces de la bataille.

Lorsque les Allemands ouvrent le feu sur les soldats américains, un combat de rue très violent débute. Les snipers allemands et américains s'en donnèrent à coeur joie et le combat est toujours à la limite du corps à corps. Les habitations abritent des civils français qui n'ont malheureusement pas tous échappé à la mort à la suite des bombardements et des combats. Peu après le début de l'attaque par la Easy, lorsque les Américains commencent à contrôler une partie du secteur, les artilleurs allemands bombardent le quartier avec leurs canons d'artillerie. Ed Tipper, qui est très gravement blessé par un obus tiré par un canon allemand, n'est qu'un exemple parmis d'autres. Les infirmiers qui examinèrent les blessures de Tipper n'ont pas su dans premier temps s'il allait s'en tirer.

Lorqu'une grand partie du secteur est sous contrôle américain, le Lieutenant Richard Dick Winters est touché à la cheville par une balle de sniper allemand dans une rue de Carentan. Lors de son passage à l'infirmerie, Winters découvre le Private Blithe qui était devenu aveugle lors du combat. Winters discute avec lui à propos de cet aveuglement nerveux et dans les minutes qui suivent, Blithe retrouve de nouveau la vue. Winters était à ce moment le chef de la Easy Company, car le First Lieutenant Thomas Meehan n'avait pas donné signe de vie depuis le début de l'invasion. Les autorités militaires alliées n'ont découvert que quelques jours plus tard la mort de Meehan et de sa section dans le crash de leur avion, touché par la Flak le 6 juin aux premières heures du Jour J.

Après avoir pris Carentan, les ordres de la Easy sont les suivants : "attaquer en direction de l'est, vers un terrain peu élevé, la colline numéro 30, secteur du 501ème PIR". En fait, la Easy du 506th est allée à partir de la partie Ouest de Carentan vers la partie Sud, près du village de Douville dont les terrains alentours seront après les combats surnommés "Bloody Gulch".

 

VIDEOhttp://youtu.be/kIyL1jsCpNY. (dead man corner)

 

C'est dans Douville que la Easy passe la nuit du 12 au 13 juin et doit faire face à une grosse résistance allemande composée du 17ème SS Panzer Grenadier Division et des éléments du 6ème Régiment de parachutistes allemands. En effet, les Américains devaient protéger Carentan de toute incursion ennemie et avaient reçu l'odre d'établir une ligne de défense au sud de Carentan. Avant de pouvoir s'installer, les soldats US ont essuyé un feu nourri de la part des soldats allemands cités ci-dessus et se sont repliés derrière une large haie. Au petit matin, peu après cinq heures, les Allemands ont lancé une forte contre-attaque appuyés des chars et différents véhicules blindés. Les Companies D et F ont battu en retraite peu après le début de la bataille, laissant les flancs de Richard D. Winters et de sa compagnie exposés à l'ennemi. Quelques hommes des compagnies D et F ont tout de même rejoint le front. La compagnie F a battu en retraite car elle ne disposait que d'un armement insuffisant face à l'ennemi.

Ce n'est que vers 14H00 que les renforts de chars américains arrivèrent. Il s'agissait du 2nd Armored Infantry Regiment suivi du 3ème bataillon du 41ème Armored Infantry Regiment. Certains soldats américains étaient si heureux de voir les renforts de tanks Sherman arriver qu'ils en pleurèrent, d'autres sont venus embrasser les chars en remerciement. Les Allemands ont rapidement rompu la ligne de contact et ont quitté leurs emplacements pour attaquer les Shermans mais lorsque ces derniers ont accéléré vers les positions allemandes, les soldats SS ont définitivement abandonné la colline numéro 30.

 

 

© 2011 Tous droits réservés.

Optimisé par le service Webnode