L' ENTREE EN ALLEMAGNE

Le terme de traversée du Rhin, également connue sous le nom de code opération Plunder, désigne l'offensive des Alliés qui s'est déroulée du 22 mars 1945 au 1er avril 1945, afin d'établir une tête de pont pour poursuivre leur avancée en Allemagne.

Un Tempest V au dessus de l' Allemagne

 

OPERATION VERITABLE

L'opération Veritable commença le 8 février 1945 et le jour suivant les Allemands détruisirent le plus gros barrage sur la Roer, inondant toute la vallée. Un jour plus tard, ils inondèrent un peu plus la vallée en détruisant les barrages en amont de la Roer et de l'Urft. La rivière s'éleva de 60 centimètres en une heure et la vallée en aval de la Meuse resta inondée durant environ deux semaines.
La Seconde armée britannique et la Première armée canadienne purent continuer progresser malgré d'âpres combats le long d'une étroite bande de terre entre la Meuse et la Waal à l'est de Nijmegen, mais la Neuvième armée américaine dut attendre trois semaines que les eaux se soient retirées. L'avance de l'armée canadienne constitua la bataille de Reichswald.
Pendant les deux semaines d'inondation, Hitler n'autorisa pas le maréchal Gerd von Rundstedt à se retirer derrière le Rhin arguant que cela ne ferait que retarder une bataille inévitable. Il ordonna au général von Rundstedt de combattre là où son armée se trouvait.
Pendant ce temps l'eau s'évacua et la neuvième armée put traverser la Roer le 23 février, d'autre forces alliées étaient aussi proches de la rive ouest du Rhin. Les divisions de Rundstedt qui était restées sur ce côté de la rive furent mises en pièces en Rhénanie et 290 000 hommes furent faits prisonnier.
Après la bataille, la 34e brigade blindée conduisit une étude sur son implication dans la phase de la bataille de la forêt pour mettre an lumière les expériences des unités blindées et tirer les leçons.

Opération Véritable

LE PONT DE REMAGEN

Le pont de Remagen le 17 Mars 1945

Le 7 mars 1945, devant l'avancée rapide des Alliés, le Kampfkommandant de Remagen, le Hauptmann (capitaine) de réserve Bratge, qui n'avait alors plus qu'un effectif de 36 soldats sous ses ordres, voulait effectuer le dynamitage du pont le plus rapidement possible. Les troupes de la 1re armée américaine contournaient alors déjà Remagen par le nord et le sud, car ils pensaient que le dynamitage du pont allait être imminent. Une partie de la population civile s'était réfugiée dans le tunnel ferroviaire qui se trouvait dans le prolongement du pont sur la rive droite du Rhin. Le Major (commandant) Scheller de l'état major du 67e corps d'armée, qui avait reçu au cours de la nuit du 6 au 7 mars le commandement du pont, voulait par contre conserver cette voie de communication intacte le plus longtemps possible pour permettre à un maximum de soldats allemands en retraite de l'emprunter et d'emporter avec eux du matériel lourd, quelques blindés et des canons. Cet état de fait créa une confusion chez les Allemands, car le Hauptmann Bratge ne fut informé de la prise du commandement par Scheller que le 7 mars vers 11 heures. En même temps, l'officier du génie responsable du pont, le Hauptmann Friesenhahn, qui avait réclamé 600 kg d'explosif à usage militaire, ne reçut que 300 kg de donarite, une substance nettement moins puissante. Il tenta tout de même de l'utiliser pour un dynamitage rapide sur le côté droit de la rive.
C'est alors que des éclaireurs de la 9e division blindée américaine, sous le commandement du lieutenant Karl H. Timmermann, parvinrent à proximité du pont encore totalement intact. Complètement surpris, Timmermann en informa immédiatement le commandant en chef du groupe de combat B de la 9e division blindée US, le général Hoge. Celui-ci ordonna l'attaque immédiate et la prise du pont.
À 13 h 40 débuta l'offensive alliée. La situation devenant alors intenable, les Allemands, qui mirent à feu une partie des charges explosives, tentèrent un premier dynamitage du pont, mais le seul résultat obtenu fut un cratère de 10 mètres de diamètre creusé dans le tablier du côté de la rive gauche. A 15 h 40, le Major Scheller ordonna à nouveau le dynamitage du pont, mais celui-ci resta toujours debout après l'explosion car un des câbles de mise à feu avait été détruit au cours des combats. Les Alliés parvinrent alors à prendre le contrôle du pont et, dans les 24 heures qui suivirent, 8 000 soldats traversèrent le pont en direction de la rive est du Rhin. Cette conquête, à laquelle avaient aussi participé des soldats belges et britanniques, entra dans les annales de l'histoire militaire en tant que « miracle de Remagen ». Le général Eisenhower donna l'ordre au commandant en chef du 12e groupe d'armées US, le général Omar N. Bradley, de transférer autant de divisions que possible sur l'autre rive du Rhin, même si ceci modifia son plan initial. On prétend qu'il se serait écrié : « Ce pont vaut son poids en or ». Le 17 mars 1945, le pont sévèrement endommagé s'effondrait, entraînant la mort de 28 soldats américains du génie et en blessant 93 autres alors qu'ils travaillaient à sa consolidation, 18 corps seulement furent retrouvés à cause du débit du fleuve à cette période. Seuls les pylônes de l'ouvrage sont restés debout. Mais à cette date, les Américains tenaient une tête de pont solide sur la rive est du Rhin et avaient déjà mis en place un pont flottant sur pontons à côté. Et comme le pont Ludendorff ne serait plus disponible, ils construisirent 4 ponts flottants supplémentaires sur le Rhin, entre Bad Hönningen et Oberwinter (aujourd'hui un quartier de Remagen), pour le remplacer. Le plus long d'entre eux, le Victor-Bridge à Bad Hönningen, mesurait 420 mètres et fut mis en service le 22 mars 1945.
Entre le 7 mars et le jour de l'éffondrement du pont, le 17 mars 1945, les Alliés ont pu faire passer 18 bataillons de l'autre côté du fleuve.
Le lieutenant Karl H. Timmermann ainsi que 12 autres soldats se virent remettre la Distinguished Service Cross.

Le 17 Mars 1945 aprés l' 'éffondrement

LA REACTION ALLEMANDE APRES LA PRISE DU PONT

Le 9 mars 1945 débuta une contre-attaque allemande pour tenter de reprendre le pont et stopper l'avancée alliée, mais celle-ci était trop faible pour être couronnée de succès.
L'état-major allemand désespéré essaya alors durant les jours suivants de faire détruire le pont par des nageurs de combat, de Skorzeny, qui devaient déposer des charges explosives à la base de celui-ci. Mais l'utilisation de puissants projecteurs de surveillance permit de les repérer à temps.
Comme cette action avait échoué, les Allemands ont alors essayé, mais toujours en vain, de détruire le pont en le bombardant et ils utilisèrent à cette fin leurs nouveaux avions à réaction Arado Ar 234.
Ils tirèrent également onze fusées V2 sur Remagen. Ces missiles furent tirés depuis la forêt située au nord de Hellendoorn, aux Pays-Bas, mais seulement un V2 explosa à proximité du pont et l'ébranla comme lors d'un tremblement de terre.
Un canon monté sur un train manqua lui aussi sa cible. Hitler, fou de rage, instaura alors une cour martiale spéciale pour le front de l'ouest qui condamna à mort cinq officiers pour « lâcheté » et « manquement au devoir ». Quatre d'entre furent effectivement fusillés dans la forêt du Westerwald, dont le Major Scheller. Le Hauptmann Bratge, qui avait également été condamné à mort, a survécu car il avait été fait prisonnier par les Américains. D'autre part, le maréchal Gerd von Rundstedt fut démis de son poste de commandant en chef du front de l'ouest et fut remplacé par le maréchal Albert Kesselring.

LA TRAVERSEE DU RHIN

Commencée dans la nuit du 23 mars 1945 lors de la Seconde Guerre mondiale, l'opération Plunder consistait à faire traverser le Rhin, la Wesel et le sud du canal de Lippe par la IIe armée britannique du lieutenant-général Miles Dempsey (opérations Turnscrew, Widgeon et Torchlight) et la 9e armée américaine (opération Flashlight), du lieutenant-général William Simpson entre les villes de Xanten et Rees. Le XVIII U.S. Airborne Corps, formé par la 6e division aéroportée britannique et par la 17e division aéroportée américaine, menèrent l'opération Varsity. Toutes ces formations faisaient partie du 21e groupe armé commandé par le maréchal Bernard Montgomery. L'opération Plunder était l'une des traversées coordonnées du Rhin par les Alliés.
Le 24 mars, Churchill a franchi le Rhin dans un LCM (engin de débarquement mécanisé), symbolisant l'entrée des troupes alliées en Allemagne. Les défenses le long du Rhin furent détruites et les Alliés envahirent la région industrielle de la Ruhr, privant l'Allemagne de ses usines de fabrication de chars (pendant la Seconde Guerre mondiale, la Ruhr était au cœur de l'industrie de guerre allemande).
L'opération fut un succès et dès le 27 mars, les Alliés avaient établi une solide tête de pont de 55 km de large et 30 km de profondeur sur la rive orientale du Rhin. Les troupes allemandes sont dès lors encerclées dans la poche de la Ruhr.

Traversée du Rhin par la 15éme division Ecossaise le 24 Mars 1945

LA POCHE DE LA RUHR

 le 12e Groupe d'armées américain du général Omar Bradley est à la poursuite de l'armée allemande en voie de désintégration, la Première armée américaine capture intact le pont Ludendorff, au-dessus du Rhin, à Remagen. Bradley et ses lieutenants exploitent rapidement cette traversée faite le 7 mars 1945 et étendent la tête de pont américaine au delà du pont avant l'effondrement de celui-ci 10 jours plus tard. Au nord de la Ruhr, le 23 mars 1945, le 21e Groupe d’armées britannique du maréchal Montgomery lance l'opération Plunder et traverse le Rhin à Rees et Wesel.

Soldat us gardant les prisonniers de guerre Allemands aprés le prise dela Ruhr le 25 Avril1945

Après avoir traversé le Rhin, les deux groupes d'armées se déploient en éventail. Au sud, la première armée se dirige vers le nord-est et forme la pince sud de l'encerclement de la Ruhr. Au nord, la 9e armée américaine qui depuis la bataille des Ardennes est rattachée au 21e Groupe d'armées de Montgomery se dirige vers le sud-est, formant la pince nord.
Face aux armées alliées, les restes d'une Wehrmacht désintégrée, quelques unités d'entraînement SS et un grand nombre de Volkssturm, des unités de milice de personnes âgés, incluant certains vétérans de la Première Guerre mondiale, et des Hitlerjugend, les Jeunesses hitlériennes, des unités composées des jeunes garçons dont certains d'à peine 12 ans.
Les éléments de tête des deux pinces alliés font jonction le 1er avril 1945, près de Lippstadt. Le 4 avril, l'encerclement est complet et la 9e armée américaine revient sous le commandement du 12e Groupe d'armées de Bradley. Dans cette poche de la Ruhr, environ 430 000 soldats allemands du groupe d'armées B, ce qui représentait 21 divisions de la Wehrmacht, et des millions de civils sont pris au piège dans des villes largement en ruines à cause des nombreux bombardements.
Alors que les principales opérations se poursuivent vers le nord et le centre de l'Allemagne, les forces américaines présentes se concentrent sur la poche, la prenant secteur par secteur. Le 12 avril 1945, la 1re et 9e armées divisent la zone depuis le sud, le plus petit secteur à l'est se rend le lendemain. Le secteur à l'ouest continue lui de résister jusqu'au 18 et 21 avril. Plutôt que de se rendre ou de violer son serment fait à Hitler de se battre jusqu'à la mort, le commandant allemand, le maréchal Walther Model se suicide dans la forêt au sud de Duisbourg.
Les 325 000 soldats allemands survivants de la poche et quelques civils sont emprisonnés dans le Rheinwiesenlager.

 

 

 

 

© 2011 Tous droits réservés.

Optimisé par le service Webnode